22 millions de Français bénévoles : qui sont-ils ?

Sport, culture, loisirs, droits, santé... les Français donnent de leur temps et de leur énergie pour faire vivre les associations et organismes non associatifs. Animée par les principes de l’engagement bénévole, la Mutuelle Nationale Territoriale est partenaire de l’enquête “Bénévolat en France en 2017 : état des lieux et tendances”. Rendez-vous le 14 janvier 2019 pour la restitution du colloque. En attendant, tour d’horizon des principaux enseignements d’une étude sans précédent.

Publiée en octobre 2018, l’enquête menée par le centre de recherche sur les associations (CRA) vient combler un vide. En préambule, l’enquête rappelle ce paradoxe : alors que “ le développement d’une société de l’engagement” est une ambition affichée, les connaissances sur ces activités auxquelles contribuent 43 % des Français restent limitées, et n’avaient jamais fait l’objet, jusqu’alors, d’une étude approfondie, quantitative et qualitative.

Bénévolat : des rythmes et des durées variables 

C’est dans le domaine de la défense de droits, de causes et d’intérêts, et celui du social, du caritatif et de l’humanitaire que les taux de contribution sont les plus élevés, devant la culture, le sport et les loisirs. Parmi les 22 millions de Français bénévoles, certains participent à plusieurs associations ou organismes ; ils cumulent ainsi 33 millions de participations.  

Participation régulière ou ponctuelle, les bénévoles ont des rythmes d’engagement différents selon le secteur dans lequel ils s’investissent. Par exemple, les participations sont majoritairement ponctuelles dans le domaine de la culture et des loisirs, notamment en raison des festivals. En revanche, les participations sont plus régulières lorsqu’il s’agit d’un investissement dans le développement local, le sport ou l’éducation. De manière générale, le bénévolat régulier augmente avec l’âge. Enfin, le bénévolat est aussi affaire de fidélité : 25 % des bénévoles participent depuis plus de 10 ans, et presque 40 % entre 1 et 5 ans.

Age, sexe, niveau de formation : le bénévolat se vit différemment 

Les secteurs d’engagement varient également en fonction du sexe : les hommes sont plus portés vers le sport et les loisirs, les femmes vers l’action sociale et caritative, l’éducation et la formation. En revanche, parité quasi complète dans la défense de droits, de causes et d’intérêts… De même, la différenciation se fait par l’âge, et 45 ans marque le point de fléchissement : on retrouve les plus jeunes dans le bénévolat sportif ; les 55-75 ans quant à eux sont majoritairement portés vers l’action sociale et caritative.  

Combien de temps consacre-t-on au bénévolat ?

68 à 75 heures, telle est la durée moyenne annuelle d’une participation bénévole. Là aussi, c’est l’action sociale, caritative et humanitaire qui mobilise le plus les bénévoles avec 28 % des participations, devant le sport (20 %) et la défense de droits, de causes et d’intérêts (18 %). Ceci avec de grandes disparités : 25 % des participations représentent un maximum de six heures par an ; 12 % ont des durées supérieures à 144 heures par an. Certains bénévoles, les seniors notamment, répartissent leur don de temps sur plusieurs participations. Ainsi, un bénévole consacre en moyenne 100 à 111 heures par an à son activité volontaire non rémunérée, passant d’une durée moyenne de 87 heures pour les moins de 25 ans à 146 heures pour la tranche des 65 - 74 ans. Au final, le tiers des plus gros contributeurs est à l’origine de 80 % du volume des participations. 

Enfin, le travail réalisé lors des 33 millions de participations bénévoles représente environ 1 320 000 à 1 460 000 équivalents temps plein (ETP). Qui doute encore que l’activité bénévole constitue un levier socio-économique fondamental dans la vie démocratique française ? 

Citation : Un bénévole consacre en moyenne 100 à 111 heures par an à son activité volontaire non rémunérée.

En savoir plus : https://fonda.asso.fr/ressources/le-benevolat-en-france-etat-des-lieux-et-tendances

Bénévolat : durée moyenne en nombre d’heures selon les secteurs. © Enquête CRA-CSA 2017

Avez-vous aimé cet article ?

oui