Assainir son logement pour y accueillir bébé

La journée mondiale de l’environnement a eu lieu le 5 juin 2020. C’est l’occasion de s’interroger sur une réalité méconnue : l’air intérieur de nos habitations est-il souvent plus pollué que l’air extérieur ? Florence Clément, en charge de l’Information au sein de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) évoque les précautions à prendre pour la santé des plus vulnérables d’entre nous : les nourrissons.

En quoi les tout-petits sont-ils plus exposés aux polluants présents dans nos environnements quotidiens ?

Le système respiratoire des bébés, et de manière générale les systèmes de défense de leur organisme ne sont pas encore matures. Ils sont donc particulièrement vulnérables aux pollutions quelles qu’elles soient. C’est vrai dans les lieux clos où ils passent l’immense majorité de leur temps. C’est également vrai dans les espaces publics. Car qu’ils soient promenés en poussette ou qu’ils fassent leurs premiers pas, les tout-petits vivent au ras du sol, là où les poussières et les particules fines sont importantes… Mieux vaut privilégier le porte-bébé !

Quelles peuvent être les conséquences d’une exposition trop intense aux polluants sur la santé du bébé ?

S’agissant des polluants domestiques, ils sont irritants pour les voies respiratoires et offrent ainsi un terrain favorable aux infections respiratoires aiguës comme les bronchiolites ou l’asthme. Mais ils peuvent aussi affecter leur développement.

Quels conseils donner concernant la chambre de bébé ?

Il est bien naturel de désirer accueillir son enfant dans une chambre spécialement décorée pour lui. Mieux vaut alors choisir des peintures et des sols étiquetés A+ en termes d’émissions polluantes. Les travaux doivent si possible être terminés plusieurs mois avant la naissance.

La chambre sera ensuite aérée régulièrement pour évacuer le maximum de polluants. Après la naissance, la chambre de bébé doit être aérée deux fois par jour durant 10 minutes, même en hiver, de préférence juste avant le coucher. Les parfums d’ambiance et huiles essentielles en diffusion sont à bannir absolument.

Comment choisir des produits d’entretien inoffensifs ?

Une maison trop désinfectée n’est pas forcément idéale pour la santé des bébés. Il a ainsi été scientifiquement démontré (1) que la nettoyer régulièrement à l’eau de Javel augmente le risque d’infection respiratoire. Mieux vaut s’en tenir à quelques produits basiques, non parfumés. Le trio savon de Marseille, bicarbonate de soude et vinaigre blanc vient à bout de presque toutes les salissures. Une vigilance spéciale s’impose avec les produits parfumés. Une maison saine ne sent rien !

Quelles sont les précautions à prendre concernant l’hygiène de bébé ?

Le plus simple est le mieux, là encore. Savon, huile d’amande douce, liniment oléo-calcaire (mélange d’huile d’olive et d’eau de chaux) : les produits utilisés ne doivent comporter aucun conservateur, aucun additif, ni aucun parfum. Tous les vêtements et jouets doivent être lavés avant utilisation, pour les débarrasser de leur apprêt. Pour choisir des jouets sans risque, on peut se reporter au guide « Jouets » qu’édite l’association WECF (2), disponible gratuitement en ligne.

(1) Une étude de 2016 publiée dans la revue Occupational & Environmental Medicine. (2) Ce guide et d’autres sur les articles de puériculture ou les produits ménagers sont téléchargeables en ligne sur le site www.wecf-france.org (3) C’est-à-dire capables de provoquer des mutations génétiques.

Avez-vous aimé cet article ?

oui