Auxiliaire de puériculture : accueillir les enfants des soignants

En pleine crise sanitaire, Charlène Junod, auxiliaire de puériculture en crèche multi-accueil à Baume-les-Dames (Doubs), continue à accueillir les enfants des soignants dans cette commune de 5 000 habitants. Elle raconte les changements concernant l’accueil et l’entretien dus au Covid-19.

Interview réalisée pendant le confinement, en avril 2020.

En cette période de crise, qu'est-ce qui a été mis en place ?

Depuis le 16 mars, la crèche est fermée. Elle est réquisitionnée par la CCDB (communauté de communes Doubs Baumois) pour accueillir les enfants des personnels déclarés prioritaires selon les besoins des familles. La communauté de communes reçoit les demandes et les transmet à la directrice de la structure. Dès le samedi 14 mars, nous avons eu une réunion d’équipe. Nous avons pris les devants en désinfectant toute la crèche. Cela concerne toutes les surfaces : les sols, le mobilier, les jouets… Tout ce qui peut être touché !

Nous prenons toutes les précautions nécessaires et respectons scrupuleusement les protocoles d’hygiène lors des accueils ponctuels mis en place à partir du 16 mars. Nous sommes huit avec l’agent d’entretien. Trois d’entre nous sont en chômage partiel et donc mobilisables pour les accueils cités ci-dessus.

De quelle manière êtes-vous mobilisée ?

Nous faisons de l’accueil occasionnel et pouvons être sollicitées lorsque les parents en ont besoin. Pour l’instant, les parents se sont arrangés, en général l’un des deux garde l’enfant. En quinze jours (au 6 avril), j’ai été appelée deux fois, pour garder un enfant de deux ans, sur deux matinées la première semaine, de 8h à 13h, et la deuxième semaine sur une autre matinée de 8h à 13h45. Les parents nous apportent d’ailleurs le repas.
J’appréhendais le moment de la séparation avec la maman, habituellement compliqué à cet âge, mais au contraire, tout s’est bien passé et le petit était même content de revenir. Tout a été désinfecté avant son arrivée et après son départ.

Qu’est-ce que cette crise a modifié dans votre façon de travailler ?

Forcément nous nous adaptons au contexte : j’ai privilégié les activités manuelles, les dessins, le bricolage et je n’ai pas sorti de jouets avec trop de petites pièces qui nécessitaient du temps pour la désinfection. Avec la directrice, nous souhaitons par ailleurs pouvoir proposer aux parents des idées d’activités, des coloriages par exemple. C’est important aussi pour pouvoir garder le lien.

Quel est votre état d'esprit ?

J’étais contente de pouvoir retourner à la crèche même si c’était étrange de me retrouver seule sur mon lieu de travail habituellement plein de vie, où ça bouge tout le temps. En temps normal, nous accueillons jusqu’à 24 enfants de 10 semaines à 6 ans. Pour moi, c’est normal de répondre présente dans ce contexte. Et je trouve même dommage que l’accueil des enfants ne soit pas ouvert également à toutes les personnes qui sont mobilisées et en première ligne comme les caissiers, les policiers et les gendarmes, les éboueurs...

Comment envisagez-vous la reprise ?

D’abord, et même si c’est dur pour tout le monde, j’espère que l’on prendra le temps nécessaire pour le « déconfinement ». Ça ne sert à rien de vouloir aller trop vite si c’est pour devoir recommencer, et perdre le bénéfice de ces semaines de confinement... Je crains aussi la reprise pour les petits qui se seront habitués à rester toute la journée avec papa et/ou maman. Il va falloir travailler sur cet accueil à la sortie de crise mais nous y sommes préparées par nos formations initiales et je sais que dans notre équipe, nous nous entraiderons.

Service public : tout faire pour rester utile et efficace auprès de la population

Souplesse, sécurité, réactivité : retrouvez les trois priorités de la collectivité pour assurer sa mission de service public.

  • Réorganisation
  • Mobilisation
  • Accueil adapté

La MNT est reconnaissante aux agents et aux élus qui ont accepté de témoigner dans ce contexte de crise sanitaire mais aussi à tous les interlocuteurs plus que jamais présents et mobilisés. La MNT les remercie tous pour leur engagement au service du citoyen, au service de la continuité du service public de proximité, de notre service public.

Avez-vous aimé cet article ?

oui