Être aidant et travailler

Être aidant, voilà une situation dans laquelle nous pouvons tous un jour nous retrouver, du fait du vieillissement de la population, et de l’accroissement du nombre de malades chroniques, notamment. Tour d’horizon de la situation.

Qui sont les aidants ?

La Confédération des Organisations Familiales de l’Union européenne définit l’aidant comme « la personne non professionnelle qui vient en aide à titre principal, pour partie ou totalement, à une personne dépendante de son entourage, pour les activités de la vie quotidienne. Cette aide régulière peut être prodiguée de façon permanente ou non et peut prendre plusieurs formes, notamment : nursing*, soins, accompagnement à l’éducation et à la vie sociale, démarches administratives, coordination, vigilance permanente, soutien psychologique, communication, activités domestiques…». L’aide apportée à un proche peut provenir de diverses situations : la situation de handicap d’un enfant, la dépendance d’un parent âgé, la maladie grave d’un conjoint, par exemple. La moitié des aidants accompagne une personne âgée en perte d’autonomie. Être aidant, c’est faire partie d’une communauté de plus de 8,3 millions de personnes en France, chacun avec son histoire personnelle et singulière (source : DREES).

*Soins infirmiers

Concilier vie d’aidant et vie professionnelle

Lorsque l’aidant a une activité professionnelle, la question de la conciliation des temps entre son rôle d’aidant et son travail se pose rapidement en raison :

  • des horaires atypiques ou décalés, ou encore des réunions tardives, ne permettant pas toujours d’être présents aux moments nécessaires pour son proche (par exemple, la nuit, pour assurer la surveillance ou tôt le matin, pour assurer le lever) ;
  • des urgences pendant le temps de travail obligeant à partir précipitamment ou des déplacements professionnels ;
  • de la nécessité de s’absenter ponctuellement (pour accompagner son proche à un rendez-vous médical par exemple) en posant des jours de congés ; du suivi à distance des professionnels intervenant auprès de son proche ; etc.

Malgré ces difficultés de conciliation qui peuvent amener certains aidants à réduire leur temps de travail, beaucoup d’aidants considèrent la vie professionnelle comme un espace essentiel à leur épanouissement personnel qui allie une source de revenus et la possibilité de fréquenter des collègues. Pour permettre aux salariés de concilier dans les meilleures conditions possibles leur vie professionnelle et l’accompagnement d’un proche en difficulté de vie, différentes solutions existent et peuvent être mises en place.

Avez-vous aimé cet article ?

oui