Gluten, lactose, viande on peut s’en passer ? Décryptage

L'exclusion de certains aliments de notre alimentation est aujourd'hui très en vogue. Le point sur quelques régimes « sans » : sans gluten, sans lactose, sans viande…

Les raisons pour lesquelles nous renonçons à manger un aliment ne sont pas toutes identiques. Ainsi, nous renonçons au gluten ou au lactose car nous tolérons mal ces aliments (soucis digestifs). Alors que ne pas manger de viande ou de produits animaux relève le plus souvent du désir de protéger la planète ou de veiller au bien-être animal. Mais en attendant qu’est-ce qui est bon pour notre santé ?

Le régime sans gluten

Le blé, le seigle, l’avoine et l’orge, ces céréales présentes depuis des siècles comme base, contiennent toutes du gluten. L’intolérance au gluten ou maladie cœliaque impose d’éliminer définitivement le gluten de l’alimentation et d’être suivi par un médecin. Mais cette maladie concerne seulement 1 % de la population. En revanche, de nombreuses personnes semblent hypersensibles au gluten. C’est à dire qu’après avoir mangé des pâtes, du pain, des gâteaux… elles vont avoir mal au ventre, souffrir de ballonnements, de troubles du transit. Elles seront soulagées en mangeant moins de gluten.
Pour cela il suffit de diminuer sa consommation générale de blé, seigle, avoine et orge et de davantage diversifier son apport en féculent (riz, pâte, semoule, quinoa, légumes secs, pommes de terre etc…), l’éviction du gluten dans ce cas n’est pas recommandé sauf cas très particuliers (demandez l’avis à un professionnel de santé) remplacer le pain et les pâtes par du riz, du sarrasin, de la farine de maïs… Plus de 5 millions de Français seraient devenus des adeptes du « no glu ».

Le régime sans lactose

Certaines personnes sont également intolérantes au lactose aussi appelé “sucre du lait” on le trouve exclusivement dans le lait animal et dans les produits dérivés du lait. Suivre un régime sans lactose consiste à éliminer de son alimentation le lait, les produits laitiers et leurs dérivés, de manière plus ou moins rigoureuse en fonction de la tolérance digestive. Certains vont, par exemple, ne pas supporter de boire un verre de lait mais mangeront du fromage à pâte dur qui contient peu ou pas de lactose… Selon la tolérance de la personne il suffit de simplement bien varier les produits laitiers : 1 yaourt, 1 morceau de fromage et 1 fromage blanc dans la journée (au lieu de consommer quotidiennement 3 fois le même yaourt).
Les produits laitiers apportent des protéines et du calcium. Si vous les écartez de votre alimentation, il faut y penser, compenser et surtout prévenir votre médecin traitant. Il existe des aliments industrialisés sans lactose comme le lait, les yaourts et certains fromages. Vous pouvez par exemple encore boire des eaux riches en calcium mais il faut bien calculer l’apport en calcium qui va vous manquer.

Les régimes sans viandes et/ou produits animaux

3 % d’entre nous seraient végétariens. Les végétariens ne mangent pas de chair animale que ce soit de la viande ou du poisson mais acceptent les aliments d’origine animale comme les œufs ou le lait, on parle donc plus précisément d’ovo-lacto-végétarisme. Certains sont végétariens à temps partiel, on les appelle les flexitariens. Ils mangeront végétarien à la maison mais ne refuseront pas une assiette de viande chez des amis.
Autre variante ; les pescateriens : ils ne mangent pas de viande mais consomment poissons et fruits de mer. Les végétaliens eux mangent uniquement des produits issus du monde végétal. Le plus souvent, les végétaliens n’utilisent aucun objet issu de produits animaux ( laine, cuir…). Ils sont alors appelés Végans.

Trouver l’équilibre alimentaire

Quel que soit notre régime alimentaire, il s’agit d’éviter les carences qui pourraient avoir des conséquences pour notre santé. Pour les personnes, sans régime particulier, les recommandations pour manger équilibré sont :

  • Des féculents à chaque repas,
  • De la viande du poisson ou des œufs : 1 fois par jour
  • Des produits laitiers (2-3 par jour pour des adultes)

Lorsqu’on est végétarien Il est donc important de remplacer viande et poissons qui apportent des protéines par des œufs, des produits laitiers, des protéines végétales apportées notamment par la consommation de céréales (riz, seigle, avoine, maïs, orge, sarrasin..) et de légumineuses (haricots secs, pois cassés, pois chiches, lentilles, de soja…). 

Les végétaliens risquent des carences en fer et en vitamine B12. Seuls les produits animaux contiennent ces 2 éléments et sont sous cette forme animal correctement assimilés chez l’humain. C’est pourquoi, les végétaliens doivent discuter avec leur médecin traitant pour envisager une supplémentation.

9 repères pour manger mieux et bouger plus !

Le Programme national nutrition santé (PNNS) propose 8 repères clés nécessaires à un bon équilibre alimentaire et 1 repère dédié à l’activité physique. Suivez les recommandations et mettez-les en pratique.

  •  Fruits & Légumes : au moins 5 par jour
  • Produits laitiers : 2 par jour pour les adultes
  • Féculents : à chaque repas, et selon l'appétit
  • Viande, poisson, œuf : 1 à 2 fois par jour
  • Matières grasses : à limiter
  • Produits sucrés : à limiter !
  • Sel : à limiter
  • Eau : à volonté pendant et entre les repas
  • Activité Physique : Au moins 30 minutes, 5 jours par semaine ou plus

Avez-vous aimé cet article ?

oui