Le sport et le tabac : comment les concilier ?

1 200 à 1 500 morts subites par an chez les fumeurs sont dues au sport ! Contrairement aux idées reçues, sport et tabac ne font pas toujours bon ménage, et il est important de respecter quelques précautions. Surtout, il ne protège pas des effets néfastes de la cigarette. En revanche, pratiquer une activité physique est un bon moyen pour aider au sevrage. Gardez en tête que le tabac est une addiction, et une maladie. Si vous souhaitez pratiquer un sport, parlez-en à votre médecin !

Peut-on pratiquer un sport et fumer ?

Beaucoup de fausses théories circulent. Le sport n’a aucun impact positif sur le plan pulmonaire. Il n’élimine pas le goudron et toutes les substances toxiques que vous inhalez en fumant.

En faisant du sport, les muscles ont un besoin accru d’oxygène et de sucre, explique le docteur Benjamin Laberte, de Ligne Claire. Or, fumer limite la circulation de l’oxygène dans le corps. Résultat : les muscles en manquent, alors qu’elle est d’autant plus nécessaire pour l’effort demandé. Le tabac va donc diminuer les performances sportives.

Mais surtout, fumer avant, pendant ou tout de suite après un exercice physique intense est traumatisant pour le corps. L’effort augmente la fréquence respiratoire et dilate les bronches. En fumant, vous risquez une vasoconstriction rapide des artères, un spasme coronarien. L’oxygène ne peut plus circuler, ce qui provoque un infarctus, cause de certaines morts subites.

Il est donc recommandé, si vous êtes fumeur, de ne pas fumer :
- deux heures avant l’effort,
- pendant l’activité,
- deux heures après cet exercice physique.

Les sports d’endurance, sans prendre conseil auprès d’un médecin, sont à éviter comme la course à pieds, le vélo, le tennis… Les étirements, comme le stretching et le yoga, peuvent être en revanche recommandés. Ils aideront à diminuer votre besoin en nicotine en assouplissant à la fois vos articulations et en vous relaxant.

Sachez également que ce phénomène peut toucher tout le monde, mais plus on est âgé et que l’on fume depuis longtemps, plus les risques sont élevés.

Du sport, oui, mais sur ordonnance médicale

Cependant, le sport est recommandé pour certains fumeurs. Comme le souligne Emily Martineau, de l’EPGV, Fédération française d’éducation physique et gymnastique volontaire (voir encadré), certains sports peuvent aider à lutter contre des difficultés respiratoires, par exemple. A condition toutefois d’être suivi par un médecin, qui vous le prescrira s’il le juge nécessaire, et de prendre conseil auprès de votre éducateur sportif qui vous indiquera les exercices à faire et comment les effectuer.

Quoi qu’il en soit le docteur Benjamin Laberte vous recommande, si vous êtes fumeur et que vous souhaitez pratiquer un sport, d’en parler d’abord à votre médecin qui pourra vous prescrire un bilan cardio-vasculaire complet.

Le sport, un allié pour le sevrage du tabac

Si vous souhaitez arrêter de fumer, l’activité physique est, là, vivement conseillée. Hervé Martini, secrétaire général de l’ANPAA, Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie, est formel : pratiquer une activité physique diminue l’envie de cigarettes. Elle aide également à lutter contre la prise de poids, la dépression et en faisant de l’exercice, vous occupez un temps qui était auparavant dédié à fumer. L’effort libère de l’endorphine, un neurotransmetteur qui agit sur le sentiment de plaisir.

Il est recommandé alors de pratiquer une activité physique deux à trois fois par semaine pendant 30 minutes au moins. Hervé Martini conseille, si vous n’êtes pas sportif, une marche rapide de 10 à 15 minutes trois fois par jour. Mais elle doit vous demander suffisamment d’effort pour que vous ne puissiez pas parler en même temps ! Faire son jardin, passer la tondeuse, faire du ménage sont considérés également comme des activités physiques.

Prenez conseil auprès d’un professionnel de santé : votre médecin traitant, un addictologue... L’arrêt du tabac est facilité lorsque l’on est accompagné, souligne Hervé Martini.

Vapoter comporte-t-il les mêmes risques ?

Quant au vapotage, le docteur Benjamin Laberte précise que les effets à long terme ne sont pas encore connus. Reste que la cigarette électronique est moins nocive que le tabac. En vapotant, vous comblez vos besoins en nicotine mais vous n’inhalez pas de monoxyde de carbone. Vos performances sportives ne seront donc pas impactées et les risques d’infarctus seront diminués.

Avez-vous aimé cet article ?

oui