Les cancers masculins : soyez vigilant !

La santé au masculin est un sujet de santé publique. Les hommes meurent plus jeunes que les femmes, six ans plus tôt (1), et ils sont plus touchés par le cancer. On prévoit 1,7 million de cas de cancer de la prostate et du testicule d’ici 2030 (1), ce qui correspondrait presque au double par rapport à aujourd’hui. Il est donc essentiel d’être vigilant et de ne pas hésiter à consulter sans remettre au lendemain. Le dépistage précoce reste la meilleure arme contre ces cancers qui se soignent bien quand ils sont pris à temps.

Deux cancers masculins qui touchent deux populations différentes

Le cancer du testicule est rare mais en forte augmentation dans les pays occidentaux. Il touche des hommes plutôt jeunes, de 15 à 40 ans. C’est l’un des cancers qui se guérit le mieux, à 99 % s’il est localisé (2). L’ablation d’une partie ou de la totalité du testicule atteint (orchidectomie) et un traitement complémentaire si nécessaire donnent de bons résultats.

La prostate est une glande, grosse comme une châtaigne, qui est située sous la vessie. Le cancer de la prostate est l’un des plus fréquents en France, avec 54 000 cas par an (2). Il touche principalement des hommes à partir de 50 ans, le nombre de cas est plus élevé à partir de 70 ans. Les facteurs de risque sont dus principalement à l’âge, les antécédents familiaux et l’alimentation. C’est un cancer qui évolue lentement. Aujourd’hui, la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et l’hormonothérapie sont efficaces. Cependant, le cancer de la prostate est la troisième cause de décès chez l’homme.

Quels sont les symptômes ?

Le cancer du testicule se détecte par la présence d’une masse dure et indolore qui peut augmenter.

Le cancer de la prostate est le plus souvent sans symptômes. Cependant, il peut entraîner des difficultés à uriner et même, du sang dans les urines.

Comment les dépister ?

Comme tous cancers, le dépistage précoce est un gage de réussite des traitements.

Il est conseillé aux jeunes hommes, à partir de 14 ans, de réaliser une fois par mois une autopalpation des testicules, surtout s’il existe des antécédents familiaux. L’idéal est de pratiquer cet examen au sortir de la douche. Si vous détectez une masse, il faudra consulter. Le médecin vous prescrira si nécessaire des examens complémentaires.

Concernant le cancer de la prostate, il se dépiste par une analyse de sang et un toucher rectal, parfois complété par une biopsie. Les hommes à partir de 50 ans (45 ans pour ceux qui ont des antécédents familiaux) doivent pour cela consulter leur médecin régulièrement.

Movember, engagé pour la santé des hommes

Movember a lancé un mouvement : se laisser pousser la moustache pour sensibiliser son entourage à la santé masculine. L’association caritative Movember a financé plus de 1 250 projets autour de la santé des hommes dans le monde. Les cancers du testicule et de la prostate font partie de ses quatre axes prioritaires. Elle agit pour encourager une collaboration nationale et mondiale, pour identifier des solutions, et pour mobiliser les hommes afin qu’ils soient mieux informés et plus actifs. Elle investit également dans la recherche biomédicale et clinique.

(1)   https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/chiffres/france/mortalite-cause-deces/table-mortalite/

(2)   https://www.bienetre-et-sante.fr/les-cancers-au-masculin/

Les cancers masculins en chiffres

- 204 600 nouveaux cas de cancers pour les hommes contre 177 400 pour les femmes, en France en 2017.

- Le cancer de la prostate se situe au 1er rang des cancers chez l'homme avec 50 430 nouveaux cas estimés en 2015 en France métropolitaine et 8 512 décès estimés en 2015.

- 2 353 cas de cancer du testicule en 2017 en France métropolitaine, dont 83 décès (2).

 

https://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Qu-est-ce-qu-un-cancer/Chiffres-cles, PDF téléchargeable : "Les cancers en France, l’essentiels des faits et des chiffres"

(2)   https://www.bienetre-et-sante.fr/les-cancers-au-masculin/

Avez-vous aimé cet article ?

oui